FONDATION POUR L'ART CONTEMPORAIN CLAUDINE ET JEAN-MARC SALOMON / AUVERGNE-RHÔNE-ALPES // HAUTE-SAVOIE

Nazanin Pouyandeh

du 25 janvier au 11 avril 2020

Vernissage : le 24 janvier 2020 à 18h30, en présence de l'artiste

Horaires : du mercredi au samedi, de 14h à 18h. Sur rendez-vous du lundi au vendredi, de 9h30 à 12h et de 14h à 17h30

Entrée payante : tarif plein : 3€ ; tarif réduit : gratuit (-18 ans / étudiants / Amis de la Fondation)

Structure : Fondation pour l'art contemporain Claudine et Jean-Marc Salomon

Site internet de la Fondation Salomon
Site internet de Nazanin Pouyandeh

La Fondation Salomon est membre d'Altitudes - Réseau d'art contemporain en territoire alpin

Née en 1981 à Téhéran, Nazanin Pouyandeh vit et travaille à Paris.

"Je commence toujours par définir l’emplacement des personnages, avant de penser au décor. Le plus souvent, j’ai une scène qui m’obsède avec une posture précise. Je demande alors à des modèles de poser pour moi et les prends en photo pour pouvoir travailler tranquillement ma composition. Ce n’est qu’une fois que j’ai élaboré les personnages que je me consacre au décor. Celui-ci vient au fur et à mesure, comme un puzzle dans lequel chaque élément en amène un nouveau. Les modèles que je peins sont bien réels, alors que le décor résulte de mon imagination. Devant mes toiles, le spectateur est ainsi déstabilisé car il croit reconnaître des éléments du tableau, alors qu’à mesure qu’il chemine, il comprend que rien ne tient, que tout n’est qu’illusoire."

Les personnages qui habitent les dessins et peintures de Nazanin Pouyandeh adoptent des postures particulièrement éloquentes et permettent d’exprimer la violence, la peur, la guerre, l’instinct de survie. "A travers mes personnages, je traite des affects, des sentiments, des instincts primitifs. Dans ma peinture l’homme est en permanence en train de chercher sa raison d’être. Mes nus, qu’ils soient féminins ou masculins, ne sont d’ailleurs pas érotiques, mais révèlent au contraire l’état le plus naturel de l’homme, sans le filtre de la civilisation."

Les symboles et les images les plus diverses se côtoient dans ses œuvres : manifeste de la pluralité culturelle dans laquelle Nazanin Pouyandeh puise son inspiration. "J’ai beaucoup regardé les arts premiers, les primitifs du Moyen-Age, les miniatures persanes. Mais je puise aussi bien mon inspiration dans les beaux-arts, que dans le cinéma, la photographie, la publicité, ou même dans mon expérience personnelle à travers mes voyages en Afrique, en Inde, en Chine, au Tibet… Mes œuvres sont en quelque sorte un brassage d’images issues de territoires et d’époques différentes. Je suis très intéressée par le concept de créolisation développé par le philosophe et écrivain Edouard Glissant, selon lequel lorsque deux éléments se rencontrent, un troisième, imprévisible, apparaît. C’est en quelque sorte une transposition en art du métissage humain. Aussi, mes peintures sont des collages, autant d’un point de vue pictural que philosophique. Des symboles, des images, issus d’univers différents, s’y juxtaposent pour former un patchwork de cultures."

© Kaveh Rostamkhani - Nazanin Pouyandeh