MUSÉE D'ART MODERNE ET CONTEMPORAIN DE SAINT-ÉTIENNE MÉTROPOLE / AUVERGNE-RHÔNE-ALPES // LOIRE

Maurice Allemand, ou comment l'art moderne vient à Saint-Étienne (1947-66)

du 30 novembre 2019 au 3 janvier 2021

Carmelo Arden Quin, Jean Arp, Enrico Baj, André Bloc, Victor Brauner, Marcelle Cahn, Alexandre Calder, Gaston Chaissac, Anne Dangar, Sonia Delaunay, Marino di Teana, Will Faber, André Fougeron, Otto Freundlich, Albert Gleizes, Jean Gorin, Raoul Hausmann, Philippe Hiquily, Robert Julius Jacobsen, Lajos Kassák, František Kupka, Le Corbusier, Zoran Mušic, Aurélie Nemours, Louise Nevelson, Henri Nouveau, Véra Pagava, Marta Pan, Georges Papazoff, Alicia Penalba, Pablo Picasso, Michel Seuphor, Gino Severini, Léopold Survage, Sophie Tauber-Arp, Léon Tutundjian, Bram Van Velde, Victor Vasarely, Paule Vézelay

Vernissage : le 29 novembre 2019 à 18h30

Commissaire d'exposition : Cécile Bargues, Historienne de l’art et commissaire d'exposition

Horaires : tous les jours sauf le mardi de 10h à 18h. Ouvert tous les jours pendant les vacances scolaires de la zone A. Fermetures exceptionnelles : 1er janvier, 1er mai, 14 juillet, 15 août, 1er novembre et 25 décembre

Entrée payante : tarif plein : 6,5€ / tarif réduit : 5€ / gratuité

Structure : Musée d'Art Moderne et Contemporain de Saint-Étienne Métropole

Site internet du MAMC

Le parcours chronologique de l’exposition suit pas à pas les transformations opérées au musée par Maurice Allemand, en faisant la part belle aux grandes expositions qu’il a organisées. Plus de deux cents œuvres à découvrir, dont la moitié n’a pas été présentée depuis une vingtaine d’années ! 

Maurice Allemand, directeur du Musée d’Art et d’Industrie de 1947 à 1966, pose les bases de la collection exceptionnelle d’art moderne du MAMC+ après la Seconde Guerre mondiale. Le Musée d’Art et d’Industrie est alors le seul musée à Saint-Étienne. Sa collection d’art prend place aujourd’hui au MAMC+, premier musée d’art moderne créé en région en 1987.

L'histoire des collections, qui conte le génie des lieux, est retracée à partir d’archives en grande partie inédites : elle permet de comprendre autrement les jalons de la collection et de redécouvrir, à côté des chefs-d’œuvre, des artistes aujourd’hui méconnus. Maurice Allemand impulse une aventure culturelle majeure à Saint-Étienne : tout en enrichissant les collections de peinture ancienne, d’armes ou de textiles, il invente les conditions d’une diffusion courageuse et fine de l’art moderne. Il organise des expositions qui font date, consacrées par exemple à l’art africain, à l’art abstrait, au collage et à l’assemblage.

Maurice Allemand s’entoure des plus grands artistes, galeristes et collectionneurs de son temps. Leurs dons, et les achats faits auprès d’eux, transforment les collections. Ces acteurs majeurs posent les bases des développements futurs et font toute l’originalité du lieu : peu d’autres musées français pourraient se flatter d’avoir acquis un grand mobile de Calder en 1955, une Composition abstraite d’Aurélie Nemours en 1959 ou une œuvre d'Enrico Baj en 1964. 
Le talent de Maurice Allemand aura été de savoir créer une géographie d’amitiés et un horizon d’enthousiasme. La collection du MAMC+ constituée pendant ces deux décennies (1947-1966) est aujourd’hui à la fois la trace et le témoin de cette histoire faite de détermination et de passion

Maurice Allemand en 1960 devant le musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne avec "Reclining Figure" d’Henry Moore (1958), exposition temporaire "Cent sculpteurs de Daumier à nos jours", Crédit photo : Geneviève Allemand / MAMC+