GALERIE VRAIS RÊVES / AUVERGNE-RHÔNE-ALPES // RHÔNE

Jean-Baptiste Carhaix, Paramentique sacrilège

du 29 février au 18 avril 2020

Vernissage : le 29 février 2020 à 17h, en présence de l'artiste

Horaires : du mercredi au samedi de 15h à 19h ou sur rendez-vous sauf jours fériés

Entrée libre et gratuite

Structure : Galerie Vrais rêves

Site internet de la Galerie Vrais Rêves
Site internet de Jean-Baptiste Carhaix

"La "paramentique" est l’ensemble textile destiné à vêtir les fonctionnaires du dieu catholique et orthodoxe pour les cultes ainsi qu’à décorer les autels. Cet ensemble est composé de riches étoffes brodées d’or ou d’argent, parfois de fils de couleurs. Le vestiaire liturgique est extravagant, luxueux la plupart du temps, moins depuis Vatican II, sans compter sur les accessoires en métaux précieux destinés à servir la messe : ciboires, ostensoirs, reliquaires, croix ... La prêtrise se complaît en paradant devant les humbles fidèles qu’il faut méduser. Pour moi, ces amples chasubles et autres chapes brodées n’ont rien de viril. Entre 1979 et 1996, j’ai photographié The Sisters of Perpetual Indulgence de San-Francisco. Je n’irais nullement reprocher à ces formidables militants de se travestir, en l’assumant, en "nonnes" iconoclastes pour se moquer de l’engeance catholique. Au contraire, j’ai le plus grand respect pour mes "queers" san-franciscains mais je n’en ai aucun pour ces officiants qui s’habillent en d’ambigüs habits de gala... Aussi j’ai pensé rendre à César ce qui devrait lui appartenir et j’ai commencé à revêtir des femmes et des jeunes filles de chasubles et d’autres chapes somptueuses pour les photographier dans des poses de saintes ou de mystiques telles que l’iconographie baroque les représente : la paramentique est cousue et brodée pour elles ! Elle renforce leur beauté alors qu’elle ridiculise les curés ! Dans le film Jeanne, le récent chef-d’oeuvre de Bruno Dumont, une clique d’inquisiteurs outrageusement travestis reprochent à Jeanne d’Arc de s’être habillée en homme : sacrilège ! La messe était dite : allez, Jeannette, au bûcher, l’hérétique... AMEN...
Jean-Baptiste Carhaix, 11/2019

© Jean-Baptiste CARHAIX