Karim Ghelloussi, Le chemin est tout fleuri de violettes qu’écrasent les obus

© Karim Ghelloussi

Structure : Centre d’art Madeleine-Lambert

du 19 mai au 31 juillet 2021

Horaires : du mercredi au samedi, de 14h à 18h, et sur rendez-vous pour les groupes. Visite commentée ouverte à tous chaque samedi à 16h, entrée libre.

Entrée libre et gratuite

Site internet du Centre d’art Madeleine-Lambert
Site internet de Documents d’artistes PACA

« Empruntant son titre à Louise Michel, figure légendaire de la Commune, l’exposition Le chemin est tout fleuri de violettes qu’écrasent les obus de l’artiste Karim Ghelloussi nous invite à parcourir le chemin des soulèvements qui, au cours de l’année 2019, bousculent le monde, de l’Algérie à Hong Kong, du Liban au Chili. Une mondialisation des révoltes qui inspirent à l’artiste une série de portraits originaux et puissants à la croisée de la peinture, de la sculpture et de la marqueterie. Réalisés à l’aide de chutes de bois, de rebuts d’anciennes œuvres et de caisses de transport, ces tableaux relèvent à la fois de la construction (chantier) et de la composition (plastique). La précarité des matériaux dit autant la volonté de l’artiste de désacraliser les images, les gestes et les matières artistiques, que la fragilité de ces révolutions coupées dans leur élan par la pandémie de coronavirus. Les lignes fracturées, les couleurs fragmentées de ces tableaux imposants, insufflent une vibration, un mouvement à ces portraits d’anonymes en quête de justice, de liberté et de dignité, qui nous dominent et nous interpellent du regard. Ponctuant l’exposition, perchées sur des chaises ou des tabourets, des silhouettes de petites filles semblent incarner notre monde suspendu en quête désespérée d’horizon. En ces temps d’incertitude et d’inquiétude, les œuvres de Karim Ghelloussi rappellent à notre bon souvenir cet élan de vie, ce désir de changement, car « si le désir cesse, alors la vie cesse » (Georges Didi-Huberman, vidéo de présentation de l’exposition Soulèvements, Jeu de Paume, 2016). »
Sonia Recasens, 2020.

Né en 1977 à Argenteuil, Karim Ghelloussi étudie les arts à Gennevilliers avant de sortir diplômé en 2001 de la Villa Arson à Nice, où il vit et travaille. Il participe à de nombreuses expositions en France et à l’international comme en 2017 Tous, des sang-mêlés au Mac Val ou en 2019 Waiting for Omar Gatleto à la Wallach Art Gallery de Columbia University à New York. Ses œuvres sont dans des collections publiques comme celles du Frac Paca ou du Centre national des arts plastiques.