Anita Molinero, Simen se la coule douce

Structure : Centre d’art Bastille

du 19 mai au 5 septembre 2021

Horaires :
– Mai : du mercredi au dimanche, de 13h à 17h
– Juin : du mercredi au dimanche, de 11h à 17h
– Juillet & Août : tous les jours sauf le lundi, de 11h à 18h

Entrée payante : 1€

Site internet du Centre d’art Bastille
Site internet de Documents d’artistes PACA

Exposition co-produite entre le Centre d’art bastille et l’artiste.

Cette exposition est réalisée grâce au soutien de la Ville de Grenoble, de la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, du Conseil départemental de l’Isère, de la Régie du téléphérique et de fonds privés grâce aux mécénats d’entreprises et de particuliers.

Nous remercions Anita Molinero, la galerie Thomas Bernard – Cortex Athlético et L’imprimerie Les Deux-Ponts.

Anita Molinero est une artiste française née en 1953 à Floirac (France). Elle vit et travaille à Paris (France).

Issue de l’École supérieure des Beaux-Arts de Marseille, Anita Molinero compose, pendant ses années punk, ses premières sculptures en faisant se rencontrer des objets et des matériaux de récupération. 

« Pendant mes études aux Beaux-Arts, je peignais, mais je n’étais pas très douée pour la sculpture et la technique. Je me suis alors dit que l’inconnu de l’art devait certainement passer par la confrontation à celles-ci. C’était un petit manifeste très privé, fait de négations, portant sur les conditions que l’on se donne pour arriver à faire quelque chose qui soit suffisamment nouveau et devienne un jour une création. (…) J’ai fait alors des montages de petits cartons que je vernissais après coup avec de la colle à papier peint puis que je montais sur n’importe quoi ou encore des sacs poubelles que je remplissais de plâtre et que je travaillais avec une gouge à bois ».

Elle choisit ensuite d’apporter aux formes la puissance de l’irréversibilité du geste et pour cela adopte le plastique et une série de matériaux toxiques qu’elle coupe, brûle, lacère, sculpte.