Accueil Actualités Trois p’tits tours et puis reviennent
Trois p’tits tours et puis reviennent
Haute-Savoie
Exposition

Trois p’tits tours et puis reviennent

Aurore-Caroline Marty, Cécile Meynier, David Posth-Kohler, Chloé Serre, Louise Siffert, Sarah Tritz

Du 28.01.2023
au 21.05.2023

Vernissage

28.01.2023, à partir de 17h

Commissariat

Anne Giffon-Selle et Garance Chabert

Horaires

Ouvert du mardi au dimanche, de 14h à 18h30

Tarifs

Entrée libre et gratuite

Sites internet

La Villa du Parc
Le 19, Crac

Une exposition produite par le centre d’art contemporain le 19 Crac à Montbéliard, commissaire Anne Giffon-Selle, adaptée par Garance Chabert pour le centre d’art contemporain la Villa du Parc à Annemasse.

Crédits visuel : David Posth-Kohler, Les joueurs de cartes, crédit A.Pichon, Le 19 Crac

Exposition

Trois p’tits tours et puis reviennent

Aurore-Caroline Marty, Cécile Meynier, David Posth-Kohler, Chloé Serre, Louise Siffert, Sarah Tritz

A la fin du mois de janvier 2023, l’exposition 3 p’tits tours jouera son deuxième acte !

Rassemblant les sculptures, films et installations de cinq artistes français.e.s réuni.e.s à l’automne dans le vaste espace industriel du 19 à  Montbéliard, l’exposition « 3 p’tits tours et puis s’en vont »  change de décor et s’implante jusqu’au printemps dans le cocon domestique de la Villa du Parc.  L’occasion y est offerte de relancer des activations d’installation et quelques nouvelles productions, de rejouer la scène de leur rencontre, et de redéployer le joyeux chahut d’accessoires, costumes et marionnettes qui peuplent « Trois p’tits tours et puis reviennent ».

« Les installations de l’exposition Trois p’tits tours et puis reviennent ont recours à certains codes et pratiques du spectacle vivant : décors d’Aurore-Caro­line Marty et de Cécile Meynier, mise en scène des vidéo performances de Louise Siffert, accessoires de D’entrée de jeu de Chloé Serre, costumes de Memory Matrix (after Paolozzi) de Sarah Tritz, marionnettes et pantins de Menteur Mentor de David Posth-Kohler et du Tritz Institutt de Sarah Tritz encore. Mais les artistes ne puisent pas tant dans le théâtre stricto sensu que dans des pratiques plus marginales ou populaires, là où se fabriquaient des figures excentriques et des parodies outrancières transgressant les conventions de la culture dominante : spectacle de marionnettes, panto­mime, commedia dell’arte, carnaval ou cabaret dada. De plus, les divers éléments des installations ne sont pas mis en scène mais leurs relations mises en espace, préservant ainsi le rôle d’objets tiers à des sculptures faisant encore médiation entre l’artiste et son public. […] »
Anne Giffon-Selle

Trois p’tits tours et puis reviennent