Accueil Actualités Skeleton Architecture
Skeleton Architecture
Puy-de-Dôme
Exposition

Skeleton Architecture

Leonor Parda, Aliha Thalien

Structure

In Extenso
Du 14.10.2022
au 16.12.2022

Vernissage

14.10.2022, de 18h à 21h

Horaires

Ouvert du mercredi au samedi, de 14h à 18h

Tarifs

Entrée libre et gratuite

L’exposition Skeleton Architecture est la restitution de la Résidence Croisée Porto Clermont-Ferrand en partenariat avec Artistes en Résidence (FR), Saco Azul (PT) et Maus Habitos (PT). Elle fait suite à une première manifestation intitulée « Visions of Demons » présentée à Maus Habitos (Porto) du 4 août au 4 septembre 2022.

L’exposition se tient dans le cadre de la Saison France-Portugal 2022 mise en œuvre par l’Institut Français pour la partie française.

Exposition en Résonance avec la Biennale d’art contemporain de Lyon 2022

Exposition

Skeleton Architecture

Leonor Parda, Aliha Thalien

La pratique de Leonor Parda évoque celle d’une DJette qui remixe des éléments autobiographiques dans des sonorités résolument punk et dansantes. Ses installations naissent d’assemblages de matériaux récupérés et d’objets personnels, dans une esthétique de bricolage DIY précaire et assumée. Les images, mises en dialogue dans des frises photographiques ou de courtes vidéos, sont souvent floues, sur- ou sous-exposées, tel un commentaire sur le décalage permanent dans lequel nos corps en mouvement et en résistance semblent se trouver. Si l’utilisation récurrente du béton paraît comme une tentative d’attraper et de retenir pour quelques instants le temps qui fuit, ses environnements évoquent inlassablement un mouvement passé ou à venir. Ils sont traversés d’une rage et d’une fureur de vivre, d’une soif irrésistible d’embrasser la vie toute entière, avec ses côtés joyeux autant que désespérant et mélancoliques.
Aliha Thalien fait de son vécu la matière première de ses films et installations. Elle transpose le récit autobiographique dans des espaces fictionnels et oniriques, interrogeant ainsi les limites d’une sincérité mise à nu et en scène. C’est dans les frottements qui s’opèrent entre l’intime et le public, entre l’exceptionnel et le trivial, entre le singulier et le commun que naît la possibilité d’une mise à distance critique, d’un questionnement de nos libertés d’être et de se mouvoir. Dans les films d’Aliha Thalien, les espaces en bordure se révèlent être des endroits des possibles et de la rencontre. En faisant se télescoper les espaces de la fiction et celui – plus réel ? plus concret ? – du lieu d’exposition, elle crée un va-et-vient entre le champ et le hors-champ, évoquant autant le visible que le caché et l’innarable.
Isabelle Henrion
Skeleton Architecture