Accueil Actualités Par éclair, par éclat
Par éclair, par éclat
Puy-de-Dôme
Exposition

Par éclair, par éclat

Milène Sanchez

Du 15.09.2022
au 22.10.2022

Vernissage

15.09.2022, de 18h à 21h

Horaires

Ouvert du mardi au samedi, de 14h à 19h

Tarifs

Entrée libre et gratuite

Sites internet

Galerie Claire Gastaud

Suite à sa résidence à Moly Sabata en juin 2022, l’artiste présentera ses productions réalisées sur place dans le cadre de l’exposition Millefleurs du 17 septembre au 30 octobre 2022 en résonance avec La Biennale de Lyon 2022.

Exposition organisée avec le soutien aux galeries / exposition du Centre national des arts plastiques

Crédits visuel : Milène Sanchez, Venice Tape, 2022, Huile sur toile, 122 x 90 cm

Exposition

Par éclair, par éclat

Milène Sanchez

La galerie présente la première exposition personnelle de Milène Sanchez. A cette occasion une vingtaine d’oeuvres récentes seront exposées dans 3 salles d’exposition.

Récemment diplômée de l’Ecole Supérieur d’Art et de Design de St Etienne en 2021, élève de Denis Laget, Milène Sanchez (née en 1997) fait partie de la nouvelle scène picturale contemporaine. En 2021 le musée Paul Dini, Villefrance-sur-Saône, et le FRAC Auvergne ont acquis ses œuvres. Elle a été également Lauréate du Prix Desjoyaux en 2021. En juin 2022, elle rejoint la résidence Moly-Sabata.

Milène Sanchez chercher à représenter une émotion ou une sensation et non une parfaite reproduction de la réalité. Pour reprendre ses propos : « La peinture se fait comme ça : essayer, voir où ces images me mènent. Une sorte de balade de la pensée. Bien que j’utilise des images pour produire une peinture, il ne s’agit pas de montrer ce que je vois mais plutôt ce que je ne vois pas dans un premier temps. Quelque chose qui serait impossible de dire ou de voir. ».
Elle travaille à l’huile, à l’essence de térébenthine, par superpositions de fines couches de tons différents, afin de dégager une atmosphère unique au travers de chacune de ses toiles.

Selon Jean-Charles Vergne, directeur du FRAC Auvergne : « Une bonne manière d’appréhender sa peinture – et notamment ses motifs floraux – pourrait consister à se remémorer la déclaration de l’artiste français Bertrand Lavier lorsqu’il affirme que « ce n’est pas en regardant un coucher de soleil que l’on devient peintre, mais en voyant un tableau qui représente un coucher de soleil. Il faut un filtre. » Il compare la jeune peintre aux maitres Edward Munch, Odilon Redon, Georgia O’Keeffe, mais aussi à l’artiste belge Luc Tuymans. Elle s’inscrit en effet dans la lignée de ces grands peintres qui vont chercher transcender le réel à travers leur recherche sur la couleur, la matière et la place du geste. La peinture de Sanchez, au-delà de représenter une composition florale ou une nature morte, donne avant tout l’empreinte du souvenir de l’image.

Par éclair, par éclat