Accueil Actualités Les chantiers organiques de l'inachevé
Les chantiers organiques de l'inachevé
Rhône
Exposition

Les chantiers organiques de l'inachevé

Dominiquer D'Acher

Du 15.09.2022
au 05.11.2022

Vernissage

15.09.2022, de 17h à 21h

Horaires

Ouvert le mardi de 14h à 19h, et du mercredi au samedi de 11h à 19h

Tarifs

Entrée libre et gratuite

Sites internet

Galerie Henri Chartier

Publication d’un ouvrage, Dominique d’Acher. Les Chantiers organiques de l’inachevé, à l’occasion de ces trois expositions en association avec les Musées de Sens, le Musée de Dole et la galerie Henri Chartier, édition Silvana editoriale.

Exposition en Résonance avec la Biennale d’art contemporain de Lyon 2022

Crédits visuel : Atelier, 1971, crédit photo Luc Ionesco

Exposition

Les chantiers organiques de l'inachevé

Dominiquer D'Acher

Aux côtés de Sonia et Pascale Criton, ses deux filles, nous sommes très heureux de mettre à l’honneur l’oeuvre de Dominique d’Acher (1929-1991) lors de cette première exposition à la galerie. Cette exposition clôture un cycle d’expositions consacré à Dominique d’Acher. A l’initiative de Samuel Monier¹ et Jacques Py², ce cycle débute par une exposition monographique présentée à l’Orangerie des musées de Sens centrée sur le corpus d’œuvres graphiques de l’artiste (novembre 2021-mars 2022), puis le musée des BeauxArts de Dole est revenu sur son parcours de peintre (avril 2022- août 2022). La galerie Henri Chartier présentera une sélection de ses peintures des années 60-70, ses «papiers silencieux» et collages réalisés en 1964-65.

Peintre de la « réalité intérieure » comme elle aimait à se définir, Dominique d’Acher (1929-1991) s’est révélée sur la scène artistique française avec un art singulier, éclos à la fin des années 1950 à l’écart du courant de la seconde École de Paris. Artiste alors engagée dans un art informel, elle s’oriente dès la décennie suivante vers des recherches figuratives atypiques, centrées sur une quête identitaire et un rapport particulier au corps. Ces fondations naissantes reposent sur ce que l’on nomme l’art ineffable, ou « figural » selon les mots du philosophe Gilles Deleuze, un art qui questionne les limites de la représentation. Dominique d’Acher crée comme elle vit, à l’écoute de ses intuitions, n’hésitant pas à mener son tableau au bord du précipice pour mieux lui donner vie. Alain Jouffroy, critique d’art et poète proche de l’artiste, l’exprime avec ses mots quand il évoque « les chantiers organiques de l’inachevé où, les mains vides, elle nous invite à entrer ».
Samuel Monier

 

¹ Responsable des collections et des expositions temporaires au musée de Dole.
² Critique d’art (membre de l’AICA), président de l’association Les Amis de Dominique d’Acher, une artiste peintre.

Les chantiers organiques de l'inachevé