Accueil Actualités Désaxé
Désaxé
Haute-Savoie
Exposition

Désaxé

Élodie Colliard

Lieu

Galerie BIZAR - Nouvelles Galeries
25, avenue du Parmelan
74000 Annecy
Du 07.10.2022
au 29.10.2022

Vernissage

07.10.2022, à 18h30

Horaires

Ouvert du lundi au vendredi, de 10h à 19h30 et le samedi, de 10h à 20h

Tarifs

Entrée libre et gratuite

Sites internet

ESAAA
Élodie Colliard

Crédits visuel : Travaux d’Élodie Colliard lors de la soutenance de son DNSEP Art à l’ESAAA, juin 2021, Annecy

Exposition

Désaxé

Élodie Colliard

Dans l’exposition qu’Élodie Colliard propose aux Nouvelles Galeries d’Annecy, elle parle des émotions des enfants dans le monde des adultes. Elle utilise des éléments innocents pour souligner des situations troublantes, violentes, gênantes. Pour cela, elle choisit de mettre en relation des matériaux totalement inadaptés à des enfants avec des objets liés à l’enfance.

Cette violence se traduit d’abord en sculpture dans le choix des matériaux et des gestes de l’artiste qui produisent des écarts ou des contre-emplois. Elle est aussi présente dans ses dessins aux feutres très colorés et d’apparence enfantine qui contrastent avec des scènes d’une grande brutalité. L’artiste souille l’innocence et la féérie qui entoure habituellement les jeux d’enfants avec des revisites acerbes empreintes de violence.

Ce processus de dénaturation d’objets liés à l’enfance utilise des signes très reconnaissables et auxquels on peut s’identifier. Cela permet de produire un langage plastique efficace. Lorsqu’un enfant n’arrive pas à exprimer une forte émotion, il aura tendance à la déplacer sur des objets ou personnes de substitution. Il peut alors casser, cogner, jeter, abîmer, détruire… Cela peut se retrouver dans les gestes de sculpture et de dessin de l’artiste mais aussi dans les scènes qui les composent.

L’exposition sera visible à Bizar : un lieu que l’ESAAA gère aux Nouvelles Galeries (25 avenue du Parmelan, 74000, Annecy), dans le cadre du projet « Tout part de la matière » inventé par le studio de design Wondervision. Dédiée à la jeune création et promouvant un art du circuit court, la galerie Bizar s’appuie sur Bozar, une ressourcerie qu’elle gère avec Bazar (Bazar sans Frontières – l’entreprise d’insertion bien connue des annécien·nes), également présent aux Nouvelles Galeries.

Dans cette galerie Bizar, mois après mois, vous pourrez découvrir de jeunes artistes diplômé·es de l’ESAAA. Leurs œuvres sont tour à tour spectaculaires et discrètes, inquiétantes et séduisantes, critiques et dérangeantes… et toutes ont en commun d’être apparues dans des économies délicates, qui privilégient le réemploi de matériaux et limite au maximum les extractions de nouvelles ressources dites naturelles. Au moins pour cette raison, toutes ces expositions parlent de l’époque que nous avons en partage : celle de la surchauffe climatique, celle de l’obligation de repenser nos modes de productions, celle aussi où il faut réinventer des formes et des esthétiques pour faire l’expérience du contemporain.

Désaxé