Accueil Actualités Chroniques de la lumière
Chroniques de la lumière
Ardèche
Exposition

Chroniques de la lumière

Shafic Abboud

Du 17.07.2022
au 02.10.2022

Vernissage

16.07.2022, à 18h

Horaires

Ouvert du vendredi au dimanche de 15h à 19h, et sur rendez-vous

Tarifs

Entrée libre et gratuite

Exposition en Résonance avec la Biennale d’art contemporain de Lyon 2022

Exposition

Chroniques de la lumière

Shafic Abboud

Né le 22 novembre 1926 à Mhaïty au Liban, Shafic Abboud gagne Paris en 1947 ; il étudie dans les ateliers de Metzinger, Friesz, Léger, Lhote et enfin à l’École Nationale des Beaux-Arts. Peintre rapidement reconnu, il est sélectionné par la jeune critique pour exposer à la première Biennale de Paris en 1959 ; tout au long de sa vie il expose et ses œuvres font désormais partie de collections internationales majeures, privées et publiques (Centre Pompidou, Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, Institut du Monde Arabe, Tate Modern, British Museum, et future Fondation Guggenheim d’Abu Dhabi…).
Shafic Abboud, artiste aux talents multiples, pratique la gravure, la céramique, la tapisserie et conçoit des livres illustrés avec deux poètes, Adonis et Salah Stetié, qui sont aussi des amis. Il meurt à Paris le 8 avril 2004.

Peintre non-figuratif de la Nouvelle École de Paris, son œuvre se tient, en équilibre, aux limites de l’abstraction et de la figuration. Durant les nombreuses années passées à Paris, c’est aussi la lumière du Liban natal qui apparaît dans son œuvre, jusqu’à effacer parfois les sujets – nus, portraits, paysages… – au profit de la peinture elle-même, dans laquelle la couleur dessine.
Ses toiles explorent la joie et la douce habitude de vivre par leurs couleurs fortes et lumineuses, le bleu sombre et la nuit sur la nature, le brun de la terre labourée, le vert de la prairie, le jaune du soleil éclatant. Une vie et une œuvre entre Orient et Occident, entre abstraction et figuration.

En Ardèche, des deux côtés du col de l’Escrinet, à l’image de ces deux rives de la Méditerranée où Shafic Abboud a vécu et travaillé, la Fabrique du Pont d’Aleyac à Saint-Pierreville et la Galerie Mirabilia à Lagorce rendent hommage à ce peintre d’origine libanaise. Nul hasard, ces deux lieux, qui aiment tisser des liens, se situent dans des villages où l’histoire de la soie a laissé des traces.

Chroniques de la lumière