ÉCOLE SUPÉRIEURE D'ART ET DESIGN DE VALENCE / AUVERGNE-RHÔNE-ALPES // DRÔME

Zoe Beloff, Les émotions vont au travail

du 17 mai au 4 juin 2017

Vernissage : le 16 mai 2017 à 18h, précédé d'une rencontre avec l'artiste à 15h30, à LUX Scène nationale

Horaires : du mercredi au dimanche, de 16h à 19h, ou sur rendez-vous

Entrée libre et gratuite

Lieu : Bourse du Travail - Place de la Pierre 26000 Valence

Site internet de l'ESAD Valence
Site internet de Zoe Beloff

La création de cette exposition répond à l’invitation de Gilles Rouffineau, enseignant à l’ÉSAD •Valence dans le cadre des activités de recherche de l’Unité « Il n’y a pas de savoirs sans transmission » portée par l’ÉSAD ••, soutenue par le Ministère de la culture et de la communication. Cet événement a été conçu en partenariat avec l’École supérieure d’arts & médias de Caen/Cherbourg. Un livre d'artiste comprenant un essai de l'artiste est publié à cette occasion.

Les objets connectés se mettent chaque jour davantage à notre service et nous promettent un monde magique peuplé d'assistants dévoués et discrets. Mais quelles réalités se cachent derrière cet argument commercial quand les données collectées à l'insu des utilisateurs sont monétisées ? L'absence d'anti-virus sur les téléviseurs connectés inquiète du possible détournement de leur webcam. L'interdiction récente des jouets connectés en Allemagne et la condamnation de fabricants de sex-toys "intelligents" pour collecte illégale de données sont avérés : ils n'ont pas été annoncés le 1er avril dernier…

Dans son travail d'installation, Zoe Beloff ne dénonce pas simplement la possibilité de telles dérives, elle propose d'en saisir les fondements qui remontent au XIXe siècle, lorsque les techniques d'imagerie et d'enregistrement se sont mises au service du contrôle des corps et des affects. Les emojis n'en sont pas les seuls symptômes : avec notre complicité ou pas, aujourd'hui, nos émotions sont mises au travail.

Une journée d’étude "Histoire des médias, archéologie des sémiophores " est organisée le mercredi 17 mai à l’ÉSAD •Valence.

Conception graphique : Alban-Paul Valmary