MUSÉE D'ART MODERNE ET CONTEMPORAIN DE SAINT-ÉTIENNE MÉTROPOLE / AUVERGNE-RHÔNE-ALPES // LOIRE

Maxime Duveau, RingoleV.io cosmique

du 1er décembre 2018 au 24 février 2019

Vernissage : le 30 novembre 2018 à 18h

Commissaire d'exposition : Martine Dancer-Mourès, Conservateur en chef du patrimoine et directrice du programme du 30e anniversaire.

Horaires : tous les jours sauf le mardi de 10h à 18h. Ouvert tous les jours pendant les vacances scolaires de la zone A. Fermetures exceptionnelles : 1er janvier, 1er mai, 14 juillet, 15 août, 1er novembre et 25 décembre.

Entrée payante : tarif plein : 6€ / tarif réduit : 4,5€ / gratuité

Structure : Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole

Site internet du MAMC
Site internet de Maxime Duveau

Maxime Duveau est l’invité du Musée d’art moderne et contemporain de Saint-Étienne dans le cadre de la 8e édition du Prix des Partenaires. 

L’artiste est fasciné par les États-Unis et la Californie. Depuis plusieurs années, il poursuit un voyage dans le temps et dans l’espace pour s’approprier un imaginaire collectif. Son travail allie la pratique du dessin au fusain, au pinceau et à l’encre de chine, au scotch, au cutter mais aussi la pratique scripturale.

Maxime Duveau a fait sien l’univers de Los Angeles (cité des mythologies personnelles, collectives et de la démesure), avant de s’y aventurer. Ed Rusha ou John Baldessari, David Lynch ou Dan Fante, Thomas Pynchon... Los Angeles et ses artistes si présents dans nos mémoires ! 

L’exposition est placée sous le signe du Ringolevio, un jeu violent des adolescents dans les rues du Bronx ou de Brooklyn. C’est aussi le titre d’un livre d’Emmett Grogan, monument de la contre-culture et autobiographie d’un Robin des bois américain. De son séjour à Los Angeles, l’artiste est revenu avec une moisson photographique dans laquelle il puise. 

Dans cette œuvre entre réalité factuelle et fiction, la frontière est fort mince. Le rendu des motifs, l’alternance des dégradés, entrecoupés de brouillages, semblent signifier une mise à distance, obtenue en déployant des bandes de scotch telles un voile, ensuite peu à peu déchiqueté.

Maxime Duveau expérimente, manipule les images autant que les mots. Le roman qui accompagne l’exposition répond à une même logique : brouiller les pistes ! La pagination est inexistante, des feuillets sont volontairement déliés : un véritable jeu de piste, où l’artiste sème quelques indices qui permettent au lecteur de se déplacer dans ce labyrinthe.

Maxime Duveau, Floral Statue Garden / SF Charmed House S, 2018. Sérigraphie sur papier. 205 x 135 cm. Collection MAMC+. Courtesy de l'artiste