MAISON DU LIVRE, DE L'IMAGE ET DU SON / ARTOTHÈQUE / AUVERGNE-RHÔNE-ALPES // RHÔNE

Mark Dion, La Cinquième Saison

du 9 février au 6 avril 2018

Vernissage : le 8 février 2018 à 19h

Commissaire d'exposition : Antoine Laurent, Galerie In Situ – Fabienne Leclerc, Paris

Horaires : du mardi au vendredi de 14h à 19h, et le samedi de 14h à 18h

Entrée libre et gratuite

Structure : Maison du livre, de l'image et du son / Artothèque

Site internet de la MLIS
Site internet de la Galerie In situ - Fabienne Leclerc

Exposition organisée en partenariat avec la Galerie in situ – fabienne leclerc, Paris

Avec Mark Dion, l’artothèque met à l’honneur un artiste d’envergure internationale, célébré de la Tate Modern au MoMA. Il est représenté en France par la Galerie in situ – fabienne leclerc, Paris.
 
Artiste américain, né en 1961, Mark Dion est originaire du Massachusetts. Il est connu depuis le début des années 1990 pour ses installations complexes, inspirées des cabinets de curiosités et des musées d’histoire naturelle qui questionnent le rapport de l’Homme à la nature. Travaillant fréquemment en dehors des circuits artistiques traditionnels, en collaboration avec des musées scientifiques, Mark Dion agence souvent ses propres œuvres avec les collections des institutions pour réaliser ses expositions. Lorsqu’il imagine, par exemple, un cabinet de curiosités géant au Musée océanographique de Monaco, au terme d’une abyssale chasse au trésor dans les réserves du muséums. En endossant artistiquement le rôle et les méthodes du scientifique, Mark Dion ne parodie pourtant, ni les sciences ni ne se moque de l’art. Même si l’ironie est omniprésente dans ses œuvres à l’égard de ces deux domaines.
 
La Cinquième Saison présente l’œuvre graphique de Mark Dion, moins connue du grand public, en regard de papiers peints et de trois installations iconiques de l’artiste.
Depuis le début de son parcours artistique, la production graphique de Mark Dion est principalement composée de dessins, caractérisés par un code couleur rouge et bleu et une précision du rendu. Entre académisme scientifique et imagination débridée, ces dessins attestent du goût de l’artiste pour les planches naturalistes et les relevés archéologiques.

Mark Dion, The Aerial Realm, 2014, courtesy Galerie in situ - fabienne leclerc, Paris