LES LIMBES - CÉPHALOPODE / AUVERGNE-RHÔNE-ALPES // LOIRE

Frédéric Mathevet, Vermilion Sand [Mind’s exotic suburb]

du 8 au 30 septembre 2017

Vernissage : le 8 septembre 2017, à partir de 18h30, suivi d'une performance sonore à 19h

Horaires : du mercredi au vendredi, de 15h30 à 18h30, et le samedi, de 14h à 18h

Entrée libre et gratuite

Structure : Les Limbes - Céphalopode

Site internet des Limbes

Exposition organisée en résonance avec la 14ème biennale d’art contemporain de Lyon

"Dans  le  cadre  de  sa  première  résidence  estivale,  les  Limbes  invite  Frédéric  Mathevet  à  arpenter Saint-Étienne,  territoire  qui  lui  est  familier.  Artiste  sonore  tout  autant  qu'artiste  plasticien,  il  joue des  porosités  entre  sons  et  formes.  Son  travail  ne  cesse  d’intégrer  captations  visuelles  et enregistrements  sonores  à  son  univers  personnel  en  expansion.  Il  cueille  avec  une  apparente légèreté  des  éléments  discrets  de  notre  quotidien,  sous  le  flâneur  se  révèle  le  chercheur.  Ses manipulations  produisent  une  œuvre  arachnéenne  en  constante  évolution.  Les  fragments  anodins se  répondent  et  tissent  une  narration  sensible

Léa  Cotart-Blanco  :  La  notion  d'arpentage  revient  de  façon  continue  dans  ton  travail.  Quel  a  été ton  mode  opératoire  au  cours  de  cette  résidence  ?
Frédéric  Mathevet : Je  me  suis  comporté  de  la  même  façon  que  lors  de  mes  déplacements  dans des  espaces  inconnus  ou  à  Paris,  lors  de  projets  avec  des partenaires  :  je  pars  avec  mon  sac  à  dos qui  referme  un  ensemble  d'outils,  mon  atelier  de  poche.  Je  tiens  beaucoup  à  cette  notion  d'atelier contenu  dans mon  sac  à  dos.  Ils  sont  mes  instruments  de  composition  musicale  plastique.  Ce matériel  évolue,  je  le  modifie  en  fonction  des  territoires,  sa  justesse  avec  ces  espaces  varie également.
J'utilise  notamment  des  cartes  en  plastique,  du  format  d'une  carte  de  visite,  elles  fonctionnent comme des  tablatures.  Leur  transparence  et  leur  capacité  à émettre  des  reflets  sont  un  avantage. De  même,  une  fois  installées  dans  un  espace,  elles  captent  la  poussière,  les  éléments  qui  sont  audessus  et  au-dessous d'elles.  Leur  installation  dans  l'espace  concrétise  des  informations  à interpréter (1).  J'ai  également  un  tampon  encreur  qui  représente  une  tablature  et  fonctionne  de façon  similaire.
Ces  objets  m'intéressent  comme  outils  de  réception.  Ils  sont  issus  de  mon  intérêt  pour  la  notion de  flatbed  de  Steinberg (2),  cette  dernière  est  très  liée  à l'horizontalité  dont  parle  Rosalind  Krauss dans  le  catalogue  l'informe  :  mode  d'emploi (3).  L’oeuvre  devient  un  espace  de réception plus qu'un espace  de représentation.
Extrait de l'entretien réalisé par Léa Cotart-Blanco en août 2017

© Frédéric Mathevet, 2017