IN EXTENSO / AUVERGNE-RHÔNE-ALPES // PUY-DE-DÔME

Dark Mathematics

du 18 octobre au 20 décembre 2018

Olaf Breuning, Marina Guyot, Johan Parent et Combey Pion

Vernissage : le 18 octobre 2018, à 18h30

Horaires : du mercredi au samedi, de 14h à 18h

Entrée libre et gratuite

Structure : In Extenso

Site internet d'In Extenso

L’exposition est soutenue par l’Institut d’Art Contemporain de Villeurbanne/Rhône-Alpes

L’exposition Dark Mathematics n’est pas thématique mais propose aux visiteurs une atmosphère faite de chiffres invisibles, dissimulés, mais pourtant bien présents, dans chaque œuvre. Car les chiffres nous environnent, tout est chiffre, de la codification génétique, aux molécules de l’air, dans les routes, les murs, dans les arbres et les champs, tout est traduisible en chiffre. De même qu’avec les atomes, tout être, toute chose est un concentré de chiffres agglomérés. Dark Mathematics se veut ainsi une plongée abyssale dans un océan de chiffres.

Au cours de cette plongée, les chiffres apparaissent dans une approche rigoriste, scientifique, froide, maitrisée et supposément neutre, mais aussi de manière ésotérique, à travers leur acception symbolique, mystérieuse (le nombre d’or, la symbolique des chiffres, superstition attachée au nombre 13…), car la science (moderne) ne saurait expliquer cette présence ubiquiste des chiffres dans l’absolu. Cette part d’ombre, préexistante à la science moderne, n’a pu être balayée et impose toujours sa présence spectrale. L’art, jusqu’à aujourd’hui, a toujours porté ce pendant mystérieux des chiffres et ce malgré la perspective, la grille moderniste, l’abstraction géométrique, autant de recherches formelles gardant elles aussi leur part d’ombre, ne serait-ce que dans ce mystère incalculable que demeure l’acte de création.

Si aujourd’hui, dans notre économie numérique, tout semble s’expliquer et se justifier par les chiffres, nous pensons que l’art est encore là pour nous rappeler l’ineptie et l’absurdité d’une telle croyance. Dark Mathematics exhale le reflet instable de cette abstraction ambiante produite par les chiffres et ceux qui les manipulent.